" Etrangers indésirables, ils vivent la permanence d'un exil sans issue, suspendu, un exil qui va et vient et panique dans un couloir labyrinthique le long des murs et des vitrines blindées d'une improbable maison du bonheur. "

Michel Agier, le couloir des exilés, 2011